Allant régulièrement au cinéma, je me lance dans mon premier article « Critique de film »! Au programme ? Vice Versa, le nouveau de Disney Pixar !

Logo_Vice_Versa_Pixar

Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité,  Colère s’assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l’esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s’aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l’Imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie…

Depuis toute petite, je me pose des questions non-existentielles, dont celle « que se passe-t-il dans notre tête ? ». Je m’étais déjà demander, en primaire, si ce n’était pas des petits bonhommes qui faisait tout ça, justement, alors quand j’ai vu cette bande annonce j’ai su que je devais aller le voir, même si des amis m’avaient donnés de mauvais retour.

Au final, je suis mitigée par ce film. Plus de points positifs que de points négatifs tout de même.

-/ Je n’ai pas trouvé ce film drôle. Il est censé être pour des enfants, et dans la salle, pendant toute la durée du film je n’ai entendu qu’un seul rire d’un enfant. Moi-même, a part sourire, je n’ai pas ris alors que je ris pour un prout. Et cette histoire de perte de souvenirs m’a fait froid dans le dos, les enfants n’ont pas forcément envie de savoir, à mon avis, qu’ils vont oublier le jour où il a rencontré son doudou préféré. 

+/ Mais la moral du film est en revanche excellente. On entends souvent dire « soit fort petit, ça ne sert à rien de pleurer pour si peu » (sisi, dans mon boulot je l’entends souvent.) mais le rôle final de Tristesse dans le film est une vraie leçon de vie qui m’a fait chaud au coeur. Tristesse est très, très attachante, et j’ai adoré Colère ainsi que l’ami imaginaire qui m’a ramené des années en arrière à mon propre ami imaginaire. Les scènes tournées autour de la réalisation des rêves sont aussi très bien construites et intéressantes. Le passage concernant les chats m’a, il faut bien l’avouer, fait très rire. Et vu la fin, je pense qu’on peut s’attendre à une suite, qui concernera la puberté, et j’ai hâte de voir la suite !

Dernier point : Pour mon cerveau qui est toujours en train de réfléchir et se poser des questions, je me suis posée une question au bout d’un certain moment dans le film… « Est-ce qu’il y a aussi des petits bonhommes dans la tête de Tristesse, Joie, Peur, Dégoût, et Colère ? » Non parce que si la réponse est oui, on en finit plus d’avoir des petits bonhommes partout hein. Alors, à votre avis la réponse ?

maxresdefault

Votre avis sur ce dessin animé ?

 

SNAPCHAT
INSTAGRAM
HELLOCOTON

 

 

Publicités