10418525_590844444366953_2749273015042268052_n

Oui je sais, un blog, c’est censé être des écrits identifiables pour tous. Oui, mais là non, j’ai envie d’en faire pour une fois mon journal intime, où je peux coucher les questions qui me taraudent depuis une semaine.

Ca fait quelques temps qu’on sait qu’un ami va être Papa. Ce teuteu -expression inutilisée depuis 1990- nous l’a annoncé que le jour de l’an, et c’est avec joie qu’on lui a dit félicitation. Le week-end dernier, petit apéro à la maison, on en parle un peu plus ouvertement avec lui, sa copine, et une amie à nous. Et de là, dérive la conversation à nous. Parce que oui, je sais que Chérie veut des enfants, que ça fait partie de son rêve. C’est pas comme si on en avait jamais parlé. Je travaille avec les enfants, on pourrait donc croire que je veux naturellement aussi des enfants. Eh bah non. Ca n’a jamais été mon souhait ultime, mon rêve suprême. Voyez-vous, je rêve plutôt d’une vie exclusive avec Chérie et mes animaux. Je n’ai jamais trouvé ma place dans un quotidien avec les enfants. Et là, le futur Papa m’a regardé en me disant « Mais toi, je te vois pas maman. Toi, je te vois comme le papa, mais certainement pas la maman. » Ca a été une révélation pour moi. Parce que quand on voit Chérie et moi ensemble, c’est Chérie qui a la carrure du mec, et moi la carrure de la nana. J’ai eu comme un déclic, comme si on m’avait autorisée dans cette histoire d’enfant d’avoir le droit de pas être obligée à être femme, de pas être obligée à être une maman, d’avoir le droit de pas avoir la fibre maternelle mas la fibre paternelle. Ca m’a soulagée, libérée. J’ai, depuis, toute une ribambelle de questions qui se jettent à mon cerveau à n’importe quel moment de la journée. Elles ont toujours été là, mais là, elles sont oppressantes.
Il y a un point sur lequel je serai intransigeante, je ne veux pas accoucher -du moins pour le premier-. Donc, c’est Chérie qui accouchera, logique. Sauf qu’elle a dans l’idée de prendre le sperm (so glam’) d’un ami, G, qu’elle adore plus que tout depuis longtemps. Heureusement, nos amis ce soir là étaient de mon côté à dire que c’était THE mauvaise idée. Parce qu’une fois que le bébé sera là, il voudra surement être le père, être présent. Parce que quand G sera là, je serai comme exclue parce qu’au final, ca sera vraiment lui le père et pas moi. Parce que l’enfant en grandissant va forcément comprendre le truc. Non, c’est vraiment pas sain, ni pour l’enfant, ni pour notre couple.

11228913_10207384438714358_7570818390040750505_n

 

Alors la question est : adoption ou insémination ?

Dans les deux cas, j’ai peur. Peur de comment expliquer à notre enfant comment on fait les bébés, parce que la réponse « c’est quand papa il mets une petite graine dans le ventre de maman » ne fonctionnera décidément pas. Peur de la réaction de mes parents quand ils comprendront que leur petit enfant n’aura malgré tout pas leur sang. Peur de son développement personnel, parce que les enfants entre eux ne sont pas cools. La seule réponse qu’il pourra répondre c’est « Ah ouais, laquelle ?! » quand on lui dira nique ta maman. Peur que si on choisi un petit black ou métisse, le combo 2 mamans + couleur de peau différente = enfant très mal dans sa peau. Mais si on choisit un pur petit blanc, on passe pour des racistes. Peur de l’adolescence quand il cherchera son identité. Et puis la France est encore mal foutue pour ça. Si on est pas passé par la case mariage, on a pas le droit à l’insémination. C’est pas dans nos projets, le case mairie en robe blanche. Et en plus, si, petit a) on veut faire une insémination en France, Chérie doit se déclarer célibataire et je ne serai pas reconnue comme responsable légal au même titre qu’un papa ; petit b) si je veux être reconnue comme responsable légal, on doit se barrer à l’étranger pour se faire inséminer ; petit c) si on veut adopter, ça sera encore pire.

Ou comment enlever toute la magie de la conception d’un bébé. On a 22 ans, et avec tout ce bordel administratif de condition de salaires, condition de vie, etc, peu importe ce qu’on choisit comme solution, j’ai l’impression qu’il faut qu’on se décide tout de suite pour avoir un petit nous avant 40 ans. J’envie les couples hétérosexuels qui ont des bébés par heureux accident.

Pourquoi on resterai pas avec un chat ?

12400632_10208696987047246_7470583382403784709_n

 

SNAPCHAT
INSTAGRAM
HELLOCOTON

 

 

Publicités