Bonjour, bonsoir, bienvenu à tous, installez-vous ! 

 

Aujourd’hui, dans ma version de l’intimité, je vais vous faire partager la fin de journée du 18.02. Sachez déjà que Chérie m’avait donné il y a quelque temps le bon « bon pour un dîner aux chandelles » qui était parmi tout les bons que je lui ai offert à Noël. Grand bien se fasse, j’ai profité de nos deux ans et demi pour cette occasion. Bougie en forme de cœur, pétale de roses (synthétique, certes, mais tout de même!), un bouquet de (vraie) roses rouges, et un week-end à Lyon comme cadeau.. Tout ça commence plutôt bien, et tout en préparant cette table je m’active aux fourneaux..

DSC_0201

 

En entrée je prépare donc des petits feuilletés aux chèvres. Prenez une pâte feuilletée, coupez la en quatre parts. Badigeonnez de beurre salé puis déposez une tranche de chèvre. Refermez par les coins, recouvrez de gruyère et mettez au four jusqu’à ce que la pâte soit dorée (environ 15 minutes). Sa première réaction ? « Bah, t’as achetée ça où ? Je les ai pas vu dans le congel’ ! »

DSC_0204

Puis, le plat principal. Le truc le moins joli du repas que j’ai pu faire, mais c’était bon ! Faites cuire des petites patates à l’eau sans éplucher. Puis une fois qu’elles sont cuites, couper 1/4 de la patate sur le dessus pour faire un à plat. Disposez une tranche de saumon fumé, puis une sauce préalablement faite avec : 20cl de crème fraîche, du citron, des herbes de provences. Saupoudrez de gros sel, et dégustez chaud.

DSC_0197

J’ai continué mon dîner aux chandelles par des ramequins de fromage frais sucré, puis par des ramequins de fondant au chocolat. Petite recette toute bête. Faire fondre 60g de chocolat dessert et 17g de beurre. Dans un saladier, mélanger 2 oeuf, une cuillère à café de farine, 25g de sucre, puis la préparation fondue. Dans les ramequins, remplir à 3/4, déposer 2 carrés de la tablette au chocolat et recouvrez du reste de la préparation. Au four pendant 12 minutes, au top !

DSC_0207

Et puis pour émerveiller la soirée, faites-vous demander en fiançailles.

 

12735714_10208954467044085_1339733607_n

Ca vous fait poser mille et une questions. Ca vous fait peur. Bien sur que vous dites oui, enfin pour ma part, mais une fois l’euphorie retombée j’ai commencé à me demander si j’étais vraiment prête à voir sa tête tout les matins au réveil, au coucher. A vivre uniquement avec cette personne. Pendant quelques instants, le lendemain, j’ai eu l’impression d’avoir été prise au piège, tel un cheval sauvage attrapé au lasso. Après les fiançailles vient le mariage. C’est bien à ça que ça sert, non ? Mince, c’est alors cette vie qui m’attends ? Les petits défauts vous sautent aux yeux, vous effraie comme des monstres qui sortent de votre lit pendant vos cauchemars. Et puis, au fond de mon canapé à regarder cette bague, la triturer dans tout les sens, j’ai imaginé ce que je deviendrai si je venais à la quitter, à rompre. C’était encore pire, j’ai pleuré, je n’avais plus qu’une hâte, la retrouver le soir et me fondre dans ses bras et faire fuir les monstres. Chose étrange, j’ai au final l’impression de revivre comme un début de relation. Ca fait du bien, on a peur de se perdre, de ne plus plaire. Même avec la bague au doigt, on est pas acquise. Alors ça y est, je suis fiancée. Fiancée à une femme, à ma femme. On passera par un mariage, on fera retourner des têtes sur nos passages parce que « Mince! c’est deux femmes! ». On aura des insultes, on aura des compliments. Des sourires, des réactions de peur. Mais j’aurai toujours cette bague qui brillera au bout du doigt. 

DSC_0210

Et puis maintenant, ma maison sent bon la rose…

 

SNAPCHAT
INSTAGRAM
HELLOCOTON

 

 

Publicités